Pekka Pylkkänen & Friends, by Jazzques


Pekka Pylkkänen & Friends @ l’Archiduc (BE)

by Jacques Prouvost (Jazzques)

Pekka    Pekka

Qu’il est bon d’aller se remettre dans la tête quelques bons vieux standards. C’est presque vital pour garder les oreilles propres.
Ce dimanche soir, à l’Archiduc, c’est le saxophoniste finlandais Pekka Pylkkänen, entouré de Peter Hertmans (eg), Sal La Rocca (cb) et Lionel Beuvens (dm), qui s’amusent à tourner autour de « Soul Eyes », « Sweet and Lovely », « You and the Night and the Music » ou encore « Whisper Not ».

 

Pekka

 

Pour être honnête, je ne connaissais Pekka qu’au travers d’un seul disque (Nordic Bop avec le batteur Eric Ineke). Pourtant, l’altiste à un CV long comme le bras et a joué, entre autres, avec Jiggs Whigham, Steve Turre, Dee Dee Bridgewater, Maria Schneider et au sein du célèbre UMO Jazz Orchestra.
Son crédo, c’est le cool et le hard bop, dans la veine fifties-sixties si possible. Sans fioritures excessives, son phrasé est bien clair et le son projeté. Et au soprano (sur la ballade « I Want to Talk about You » de Coltrane) il est souple et agile. Que du bonheur.

 

Pekka

 

Dans ce répertoire , chaque musicien y va de son chorus (c’est le principe). Les relais sont fluides et l’on sent un réel plaisir dans les échanges et dans la volonté de restituer au mieux ces mélodies immortelles.
Plus ça va, plus le jeu s’ouvre et on prend des libertés jusqu’à s’encanailler sur « Black Narcissus » de Joe Henderson.
Le drumming de Lionel Beuvens est élégant, subtilement dosé, souvent feutré mais parfois éruptif comme lors de ce solo sur « Rhythm-a-Ning » de Monk. La contrebasse, à la fois chantante et incisive, de Sal La Rocca, soutient autant qu’elle relance. Quant à Peter Hertmans, il déroule un jeu sensuel et swinguant. Il joue presque acoustique, comme pour préserver le son naturel de sa belle Fender Telecaster. Les regards et les sourires ne trompent pas, le plaisir de relire ces standards est évident.

 

Pekka

 

On attend maintenant la prochaine visite de Pekka Pylkkänen avec sa propre formation et ses compos personnelles car, à l’écoute de l’un de ses derniers enregistrements, Nu Bottega, avec une belle brochette de jazzmen italiens (Roberto Tarenzi et Fabrizio Bosso, entre autres), ça vaut la peine.
A bon entendeur…
A+

 

 

 

 

 

 

 

 

 

You may also like

Comments are closed here.

S👀n !

Upcoming Shows

Bandsintown